SOUVENIRS D'ÉTÉ


Souvenirs d'été... Souvenirs d'une enfance qui me semble déjà beaucoup trop lointaine, moi qui ai encore mon coeur d'enfant... Ces souvenirs d'été, d'aussi loin que je me rappelle, sont, d'en l'ensemble, sereins, joyeux et plein d'amour... On jouait dehors, beau temps mauvais temps... Et s'il pleuvait... Eh bien on attendait, impatients, que le soleil se pointe à nouveau le bout du nez. Et après l'orage, comme c'était vert... et combien ça sentait bon ! ... Mes souvenirs me viennent beaucoup du lac où ma mère a passer ses étés. Lac où notre arrière-grand-père avait bâti son chalet. Les années d'après-guerre avaient malheureusement forcé la vente. Le lac, majestueux, lui, y était toujours. Heureusement d'autres membres de l'entourage immédiat s'y étaient fait construire, à quelques pas, nous permettant de continuer à profiter de cet endroit magnifique. Je me souviens du chalet, de la pompe à eau, du poêle à bois, de l'étage où l'on dormait... du petit escalier, du craquement des planchers, du son de la pluie sur le toit de tôle et du tic tac du réveil-matin qui nous endormait... Ah ! ... Tendres souvenirs ! Pour se rendre au lac, du chalet, on passait par un petit chemin de sable, bordé de pins qui nous y amenait, comme par un passage secret, découvrir des trésors scintillants ! Le temps était suspendu. Il faisait chaud. On entendait de loin le clapotis de l'eau et le piaillement des oiseaux perchés tout autour. On chantait... le plus souvent des chansons de Félix, c'est là qu'on les a apprises. Nous y étions tous, les quatre enfants, avec maman, grand-maman, notre tante, la soeur de maman, et les cousins, jumeaux, eux aussi. Nous étions chez nous au lac. Les cousins étaient déjà grands, de l'âge de notre tante, 16 ou 17 ans... Notre choix était déjà fait, mais j'ai oublié qui était à qui... Pas vraiment d'importante... C'était notre premier amour ! Le lac était grand et calme. On se baignait en riant, en s'amusant. Il y faisait bon vivre. Les matinées en pyjamas étaient douces et lentes. On allait au lac après le dîner... Il fallait attendre... La digestion c'était du sérieux ! On y passait l'après-midi... Serviettes, gougounes, panier de pique-niques et collations... Coiffés de chapeaux de paille, pour ne pas cuire ! ... Petites peaux blanches de ville obligent. Quand j'étais enfant, mes étés me paraissaient à l'infini... Je me souviens quand grand-maman me disait que le temps passait plus vite en vieillissant. À l'époque je ne comprenais pas... Aujourd'hui, oui... Souvenirs heureux. Et aussi... tout plein d'autres beaux souvenirs d'enfance, où des amitiés se sont formées... et qui, encore aujourd'hui, sont indéfectibles. Souvenirs aussi de tous ceux qui sont partis, déjà il y a longtemps... ou plus récemment... Ceux qui n'ont fait que passer et tout ceux qui ont marqué nos vies. On ne peut les oublier, ils font partis de tous nos souvenirs !

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ENFIN